Une balade pascale autour du Cervin

Partagez cet article

Les prévisions des jours précédents annonçaient une météo capricieuse pour le week-end de Pâques, mais j’ai tout de même décidé de m’engager sur ce mini raid de ski alpinisme avec trois clients motivés… et nous ne l’avons pas regretté ! Même si le dernier jour nous avons préféré renoncer à l’ascension du Breithorn pour cause de tempête de foehn, l’étape de la veille, permettant de relier Prarayer à Cervinia, nous avait pleinement comblés, tant par sa longueur que par son engagement. Voici un compte rendu en images de ces quatre journées.

 


Jour 1 : Montée à la cabane des Vignettes

Après avoir laissé notre véhicule à Sion, c’est en car postal que nous gagnons Arolla, point de départ de notre raid. Une première étape on ne peut plus classique, nous permet de gagner la Cabane des Vignettes par le glacier de la Pièce. Soleil et ciel bleu sont de la partie et on se dit que finalement du mauvais temps comme ça, on veut bien en avoir tous les jours !

Changement de bus aux Haudères
Aiguille de la Tsa et Douves Blanches
Sur le Glacier de la Pièce
Arrivée à la Cabane des Vignettes

 


Jour 2 : Traversée vers Prarayer

Au matin, les nuages ont envahi le paysage et la montagne est un peu moins engageante que la veille. Beaucoup de groupes présents aux Vignettes décident d’ailleurs de descendre directement sur Arolla plutôt que de réaliser la dernière étape de la Haute Route jusqu’à Zermatt. Pourtant, le gardien de la cabane est formel, le temps va se lever. Nous lui faisons donc confiance et, après un départ dans le brouillard, nous avons droit au spectacle des sommets qui se dévoilent un à un alors que nous traversons le col de Chermontane. Et c’est sous le soleil que nous terminons l’étape qui nous amène à la confortable auberge de Prarayer.

Le Petit Mont Collon
Pointe d’Oren
Au col de l’Evèque
Le col Collon et la Vierge
Face à la Singla
Dans la Combe d’Oren
Descente vers Prarayer

 


Jour 3 : Col de Vaufrède et balade en chenillette

Une journée bien remplie nous attend aujourd’hui. Cela commence par une bise glaciale qui fouette nos visages alors que nous sortons du refuge. Bien que d’autres groupes s’engagent avec nous dans la montée de Bella Tsa,  nous sommes les seuls à prévoir la traversée jusqu’à Cervinia. En ce jour de Pâques, le soleil a visiblement décidé de rester caché et c’est donc dans le brouillard et dans les bourrasques de plus en plus fortes que nous effectuons la traversée, un peu technique, vers le col de Vaufrède. Tout se passe bien et, vers 12:30 nous voici en vue de Cervinia, près de 1200 mètres plus bas. Il n’y a plus qu’à se laisser glisser dans la combe, même si une neige difficile (tracée et gelée) ne nous facilite pas la tâche !

Deux heures plus tard, nous sommes aux caisses des remontées mécaniques et pensons déjà à la bonne bière que nous allons bientôt pouvoir déguster au refuge des Guides du Cervin, au Plateau Rosa. Mais une dernière surprise nous attend à la station intermédiaire de Plan Maison : télécabines et téléphérique sont arrêtés pour cause de vent violent. Il nous faudra donc patienter encore une bonne heure avant de finalement pouvoir rejoindre le Plateau Rosa… en chenillette (!), grâce à la gentillesse du service des pistes de Cervinia. Finalement, nous aurons droit à notre bière, plus de 10 heures après avoir quitté Prarayer.

A 6h58 le matin de Pâques
Dans le brouillard
Vers le Glacier de Bella Tsa
Au col de Vaufrède
Tout en bas, c’est Cervinia
Sous le glacier de Vaufrède
Vue sur la descente de Vaufrède (prise le lendemain)
Notre taxi pour le Plateau Rosa
Arrivée au Plateau Rosa

 


Jour 4 : Des pistes désertes au milieu des 4000

Le vent a continué a souffler toute la nuit et le thermomètre du refuge annonce -15°C. Les sommets sont dégagés et le soleil brille, mais  nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il ne serait pas très agréable de gravir le Breithorn comme le prévoyait notre programme du jour. Du coup, après un copieux petit déjeuner, nous chaussons nos skis et plongeons en direction de Zermatt. Une descente de près de 2000 mètres, sur des pistes désertes et au milieu de sommets mythiques baignés dans une lumière de rêve. Un magnifique bouquet final pour cette balade pascale autour du Cervin.

Nuages lenticulaires sur le Plateau Rosa
Le Cervin
Obergabelhorn et Zinalrothorn
Zinalrothorn
Arrivée sur le domaine skiable suisse
Le Cervin domine les pistes
On plonge sous le brouillard
Le Cervin depuis Zermatt

Photos : Brigitte Djajasasmita


Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email